Chez iPRO Investment Professionals, nous croyons que la gestion des risques financiers est tout aussi importante que la sélection des titres. Le style d’investissement que nous pratiquons – acheter de la croissance à un prix raisonnable ou en dessous de sa valeur intrinsèque – offre aux investisseurs une bonne marge de sécurité sous-jacente.

De plus, nous avons pour règle d’investir uniquement dans des sociétés ayant :

  • des actifs corporels importants
  • des flux de trésorerie solides
  • ou bien des montants élevés de trésorerie

Ce qui ajoute une protection supplémentaire contre les baisses.

En tant que conseillers d’investissement, nous devons avons mis en place une série de protocoles de travail et de contrôle. Il est très important pour nous que nos clients soient informés en toute transparence de nos méthodes de travail.

 

Une bonne gestion des risques financiers requiert de la discipline

1) Des critères de vente stricts

Nous utilisons des critères de vente clairement définis pour réaliser des bénéfices et maintenir ainsi notre profil de risque de portefeuille.

À la hausse, nous vendons généralement une position lorsqu’elle atteint notre objectif de valorisation.

À l’inverse, une position est généralement vendue en cas de déception majeure. Ou bien de détérioration significative de toute mesure de performance clé. Surtout si elle est confirmée à la fois par une analyse fondamentale et technique.

Une position d’investissement peut également être vendue ou réduite si une opportunité plus intéressante est identifiée par exemple.

2) Des contrôles réguliers

Le Comité d’Investissement local du Groupe iPRO Investment Professionals se réunit une fois par mois. Ceci dans le but d’approuver tous les changements d’allocation d’actifs du fonds iPRO Growth Fund (IGF) que nous proposons au grand public.

Par ailleurs et dans le cadre de notre processus de gestion des risques financiers, les actualités de l’entreprise telles que les déclarations de dividendes, les publications de résultats ou les annonces d’entreprise sont immédiatement analysées par les analystes.

Des comités d’investissement spéciaux sont mis en place si le modèle doit être modifié d’urgence.

 

Le cadre : obligations locales et espèces

1) Le paysage de la classe d’actifs à Maurice

Le marché obligataire local en est encore à son tout début de développement.

L’univers financier proposé aux investisseurs se compose d’obligations d’État, allant des bons du Trésor à court terme aux obligations à moyen et long terme. À cela s’ajoute une large gamme de dépôts à terme des banques commerciales et des sociétés de crédit-bail.

2) Notre logique de gestion des risques financiers

Nous utilisons une voie d’investissement direct.

Étant donné le marché obligataire local plutôt illiquide sur la partie longue de la courbe des taux en particulier, notre stratégie serait d’acquérir et de conserver plutôt que celle de négocier.

Nous répartissons donc la détention obligataire sur l’ensemble de l’éventail des échéances. Et les pondérations ultérieures porteront sur l’attractivité relative des rendements offerts.

Pour nous aider dans notre décision, nous utilisons toujours nos modèles internes pour la prévision de l’inflation et des taux d’intérêt. En utilisant ces données, nous sommes en mesure de recalibrer au besoin la partie obligataire dans le portefeuille global. Ceci principalement afin de pouvoir générer le rendement maximal possible.

3) Notre stratégie actuelle

Notre stratégie actuelle d’investissement sur le marché obligataire local consisterait à répartir l’allocation uniquement dans le spectre court à moyen terme.

La raison principale de cet exercice est de nous permettre de ré-allouer la part obligataire dans le futur à des rendements attendus plus attractifs.

Ceci est à son tour basé sur notre prévision d’un assouplissement de la situation d’excès de liquidité lorsque des rendements plus attractifs seraient obtenus. Ce qui par voie de conséquence nous permettrait de verrouiller des obligations à plus long terme.

4) Nos processus de décision stratégique et tactique

Toutes les décisions stratégiques et tactiques en matière d’investissements sont prises par le Comité d’Investissement dans le cadre de réunions périodiques. Ces réunions sont tenues séparément pour les investissements locaux et étrangers.

Nous privilégions la diversité des compétences et des idées disponibles pour discuter et parvenir à la conclusion dans chacun de ces comités. De la sorte, il existe un bon mélange de recherche, d’analyse, d’expérience technique et de gestion des risques financiers.

 

Notre Framework de gestion des risques financiers

Nous avons mis en place pour le fonds iPRO Growth Fund un modèle-cadre de gestion des risques et de contrôle interne, baptisé le Framework.

Ce Framework a été conçu pour faciliter l’identification, l’évaluation et l’atténuation des risques commerciaux inhérents auxquels le fonds est exposé. Tout en fournissant des assurances raisonnables concernant :

  • le respect des obligations réglementaires
  • la fiabilité des informations
  • et la sauvegarde des actifs sous gestion

Le Framework ne vise pas à éliminer complètement ces risques. Mais il peut être considéré comme une protection adéquate contre les anomalies significatives ou les pertes pouvant résulter d’événements indésirables.

 

Nos organes de contrôle de gestion des risques financiers

La surveillance des activités de gestion des risques financiers et de contrôle interne, que ce soit au niveau du fonds IGF, ou de ses prestataires de services, est déléguée au Comité d’Audit.

Celui-ci examine régulièrement l’efficacité et la robustesse du Framework au moyen de lettres de recommandations fournies par l’auditeur externe.

En outre, le Comité d’Audit reçoit :

  • les rapports de conformité trimestriels
  • les rapports réguliers sur le blanchiment d’argent

Ces rapport sont fournis respectivement par le responsable des rapports sur le blanchiment d’argent et le responsable de la conformité du fonds.

 

Le Comité d’Investissement, dans une certaine mesure, surveille aussi la contrôlabilité des risques associés aux décisions d’investissement prises par le gestionnaire de fonds pour s’assurer qu’ils sont bien conformes à l’appétence et à la tolérance au risque de l’IGF.

Le Framework reconnaît enfin que le fonds dépend de ses prestataires de services pour son bon fonctionnement.

Ce qui signifie que la propriété des principaux domaines de risque, dès leur identification, est attribuée au prestataire de services concerné à des fins de reporting au Comité d’Audit ou au Comité d’Investissement, selon le cas.

 

En pratique, sur quoi porte la gestion des risques financiers ?

Les principaux risques auxquels le fonds est exposé et les différentes mesures envisagées pour les gérer sont les suivants :

1) Le risque de marché / prix

Le risque de marché est le risque que la juste valeur ou les flux de trésorerie futurs des instruments financiers fluctuent en raison de changements dans les variables du marché comme

  • les taux d’intérêt,
  • les taux de change,
  • et les cours des actions.

L’exposition du fonds au risque de prix concerne les fluctuations du prix des titres de participation qu’il détient. Pour gérer ce risque, IGF diversifie son portefeuille conformément aux limites fixées dans son prospectus.

2) Le risque de change

Les opérations du fonds sont effectuées sur un plan international. A ce titre, elles sont donc soumises au risque de change résultant de diverses expositions de change (principalement en USD et en EUR)

Le risque de change est surveillé par le gestionnaire d’investissement et pris en compte dans le processus de construction du portefeuille.

3) Le risque de liquidité

Le risque serait que le fonds éprouve des difficultés à honorer ses obligations liées à des passifs financiers. Passifs qui sont réglés par la remise d’espèces ou d’un autre actif financier.

L’exposition au risque de liquidité découle de la possibilité que le fonds soit tenu de payer sans attendre ses engagements. Ou bien de racheter ses actions plus tôt que prévu.

En pratique, le fonds est exposé aux rachats en espèces de ses actions rachetables chaque semaine. Les actions sont rachetables en fonction des cycles de négociation des différentes classes d’actions.

La gestion du risque de liquidité pour le fonds consiste donc à :

  • maintenir une capacité globale de liquider des positions sur le marché compte tenu de la nature illiquide de certains investissements
  • conserver des niveaux de solde de trésorerie suffisants

4) Le risque pays, toujours important dans la gestion des risques financiers

Une partie importante du portefeuille du fonds est concentrée aux États-Unis et en Afrique. Ainsi qu’à Maurice, où les investissements sont détenus dans des entités opérant dans divers secteurs de l’économie de ces pays.

Par conséquent, l’IGF reste exposé aux tendances économiques qui prévalent dans ces secteurs. Ces conditions ont en effet un impact direct sur le cours de l’action des sociétés détenues. Et au final, sur le cours de l’action du fonds.

5) Le risque de concentration

Le fonds peut dans certaines circonstances concentrer la majorité de ses investissements dans certaines sociétés, au lieu de les répartir sur un plus grand nombre d’entités.

Une telle circonstance concerne aujourd’hui l’investissement du fonds dans iPRO Funds Ltd.

Le 21 janvier 2013, le FSC a approuvé la demande du fonds de déroger au Règlement 65 (a) du Règlement de 2008 sur les valeurs mobilières (organismes de placement collectif et fonds fermés) («CIS Règlements ») de sorte que la valeur de l’investissement dans les titres d’un émetteur ne dépasse pas 25% à condition que le document d’offre du Fonds soit conforme aux exigences du Règlement 67 du Règlement SIC.

Le Conseil a pris note du risque de concentration inhérent. Et a ensuite accepté de désinvestir progressivement pour réduire le risque de concentration dans iPRO Funds Ltd. Il s’efforce désormais de diversifier son portefeuille d’investissements pour réduire le risque de concentration.

Le Gestionnaire du fonds surveille et gère le risque de concentration par rapport au portefeuille du fonds. Et les mesures nécessaires sont prises en cas de divergence avec le prospectus du fonds ou avec les réglementations applicables,  .

6) Le risque de conformité

Le fonds doit se conformer à plusieurs exigences légales et réglementaires en raison de la nature de son activité. En effet, il pourrait faire l’objet de sanctions de la part de ses régulateurs en cas de non-conformité.

Ce risque est atténué par des revues de conformité trimestrielles, dont les conclusions sont communiquées au Comité d’Audit.

7) Le risque de taux d’intérêt

Le risque de taux d’intérêt découle de la possibilité que les variations des taux d’intérêt affectent les flux de trésorerie futurs. Ou encore la juste valeur des instruments financiers.

Les revenus et les flux de trésorerie d’exploitation du fonds dépendent dans une certaine mesure des variations des taux d’intérêt. Les actifs portant intérêt du fonds se composent de liquidités détenues à la banque.

8) Le risque de crédit

Le risque de crédit est le risque que la contrepartie à un instrument financier entraîne une perte financière pour le fonds en ne s’acquittant pas d’une obligation.

Le fonds est exposé au risque de pertes liées au crédit. Ces pertes peuvent survenir du fait qu’une contrepartie ou un émetteur ne peut ou ne veut pas honorer ses obligations contractuelles.

Ces expositions au risque de crédit existent dans les relations de financement, les dérivés et autres transactions.

9) La politique de dénonciation

Le fonds dépend de ses fournisseurs de services. Ces derniers ont fourni des confirmations écrites confirmant qu’ils ont bien mis en place des politiques de dénonciation.

 

En résumé, nous prenons tout particulièrement à cœur la gestion des risques financiers chez iPRO Investment Professionals. Et c’est ce qui nous permet de vous proposer d’investir sereinement à long terme dans iPRO Growth Fund.

 

Ouvrir mon compte