Why interest rates in Mauritius should be much higher

“Money is freedom in coin form.” Fyodor Dostoevsky

The minutes of the last meeting of the Monetary Policy Committee of the Bank of Mauritius indicate a growth rate of 6.5% to 7.5% and an inflation rate of 7.0% for 2023. This means the economic activity is good, but inflation, which erodes the purchasing power of the population, remains high. Statistics Mauritius has just released the Consumer Price Index (CPI) for October 2023: 131.5. For reference, the CPI was 106.1 three years ago in October 2020, representing a 23.9% increase in three years or an annualized rate of 7.4%.

Readers of this article who have studied economics in the 20th century would logically expect an interest rate higher than the inflation rate. This is not the case in Mauritius, with a policy rate of only 4.5%, almost 3% lower than inflation. The United Kingdom and most European countries also have negative net rates, as they flirt with recession. But why does Mauritius, with a strong growth rate, maintain such low rates? The United States, Canada, India, South Africa, and especially Latin American countries such as Brazil and Mexico enjoy positive real interest rates, net of inflation (the net rate is currently 7% in Brazil: policy rate of 12.25% against inflation of 5.1%).

Here is the difference in interest rates between Developed Markets countries (average of 3.1%) and Latin American countries (average of 10.7%):

Raising the policy rate in Mauritius from 4.5% to nearly 10% would have the following advantages:

  • Raising the policy rate in Mauritius from 4.5% to nearly 10% would have the following advantages:
  • The decrease in inflation would stop eroding the purchasing power of households. Imported inflation, caused partly by the weakness of the currency, would decline;
  • Retirees, who do not take risks with their hard-earned savings, would see their interests received on bank deposits increase;
  • The Mauritian Rupee would naturally become attractive again and the downward pressure against the Dollar and Euro would cease;
  • A brake on the consumer society and widespread indebtedness;
  • Economic independence for Mauritius, as investors would knock on its door to invest in the Rupee, reducing the need for foreign currency borrowings;
  • Increase in the relative value of all investments expressed in Rupees;
  • Improvement of the current account balance, thanks to a decrease in import costs.

In other words, having positive real interest rates allows taking control of the currency and becoming free to choose creditors, without fearing an appreciation of foreign currencies. The main risk this time would be an influx of capital, but wouldn’t that be a pleasant choice?

Pourquoi les taux d’intérêt à Maurice devraient être beaucoup plus élevés

« L’argent, c’est la liberté monnayée » Fiodor Dostoïevski

Les minutes de la dernière réunion du « Monetary Policy Committee » de la Banque de Maurice indiquent pour 2023 un taux de croissance de 6,5% à 7,5% et un taux d’inflation de 7,0%. Traduction : l’activité économique est bonne mais l’inflation, qui érode le pouvoir d’achat de la population, reste élevée. Statistics Mauritius vient de publier l’indice CPI pour octobre 2023 : 131,5. Pour rappel, l’indice CPI était de 106,1 il y a trois ans en octobre 2020, soit 23,9% d’augmentation en trois ans ou un taux annualisé de 7,4%.

Les lecteurs de cet article ayant étudié l’économie au XXème siècle s’attendent logiquement à un taux d’intérêt supérieur au taux d’inflation. Ce n’est pas du tout le cas à Maurice, avec un taux directeur à seulement 4,5%, soit presque 3% de moins que l’inflation. Le Royaume-Uni et la majorité des pays européens ont également des taux négatifs, car ils flirtent avec la récession. Mais pourquoi Maurice, avec un taux de croissance fort, garde des taux aussi bas ? Les Etats-Unis, le Canada, l’Inde, l’Afrique du Sud mais surtout les pays d’Amérique Latine comme le Brésil et le Mexique ont des taux d’intérêt réels, nets d’inflation, positifs (7% actuellement au Brésil : taux directeur de 12,25% contre inflation de 5,1%).

Voici la différence de taux d’intérêt entre les pays des Marchés Développés (3,1% en moyenne) et les pays d’Amérique Latine (10,7% en moyenne) :

Sources : LarranVial Gavekal, Bloomberg

Monter le taux directeur à Maurice de 4,5% à près de 10% aurait les avantages suivants :

  • la baisse de l’inflation cesserait de diminuer le pouvoir d’achat des ménages. Il n’y aurait plus d’inflation importée causée par la faiblesse de la devise
  • Les retraités, qui ne prennent pas de risques avec leurs économies durement gagnées, verraient leurs intérêts reçus sur les dépôts bancaires augmenter
  • La Roupie Mauricienne redeviendrait naturellement attractive et la pression à la baisse face au Dollar et à l’Euro cesserait
  • Frein à la société de consommation et à l’endettement tous azimuts
  • Indépendance économique de l’Ile Maurice, qui verrait les investisseurs frapper à sa porte pour investir dans la Roupie, ce qui permettrait de réduire les emprunts en devises
  • Augmentation de la valeur relative de tous les placements exprimés en Roupies
  • Amélioration de la balance des comptes courants, grâce à une baisse des couts d’importation.

En d’autres mots, avoir des taux d’intérêt réels positifs permet de reprendre la main sur sa devise et redevenir libre de choisir ses créanciers, en n’ayant plus à craindre une appréciation des devises étrangères. Le risque principal serait cette fois-ci un afflux de capitaux mais ne serait-ce pas un choix agréable ?

Share on social media

Facebook
Twitter
LinkedIn

Other news